2014 – Fragments de discours artistiques

logo-vitrine

FRAGMENTS DE DISCOURS ARTISTIQUES
Création de textes de critiques d’art
avec la galerie et la maison d’édition N’a qu’un œil

« L’idée d’une fraternité des arts est si enracinée dans la pensée humaine
depuis la plus haute Antiquité qu’il doit bien y avoir là plus
une réalité profonde qu’une spéculation oiseuse –
une réalité fascinante qui, comme tout problème touchant aux origines,
ne peut être écartée à la légère. » Mario Praz

Depuis la célèbre formule d’Horace, ut pictura poesis, « la poésie est comme la peinture », formule détournée à la Renaissance en « la peinture est comme la poésie», le parangon entre la littérature et les arts visuels a produit de remarquables productions écrites. Si la critique d’art voit le jour avec Diderot, Baudelaire et Zola, le début du XXe siècle confirmera cette relation étroite entre peinture et littérature. Les auteurs, très nombreux et très divers : Huysmans, Proust, Claudel, Valéry, Apollinaire, Artaud, Breton, Aragon, Malraux, Bataille, Ponge, Genet, Michaux… prolongent ainsi l’interprétation postromantique de la fusion des arts. Il s’agit là en effet d’une véritable alliance entre littérature et arts visuels, car plus que de simples descriptions d’œuvres d’art, leurs textes apportent, en plus d’une précision du regard, une forte dose de sensibilité, capable de traduire et de transmettre le contexte artistique de l’époque, les émotions de l’artiste et en retour celles de l’écrivain.

C’est dans ce partage de sensibilités et de fusions artistiques que les élèves de lycée de section littéraire et les élèves d’hypokhâgne du lycée Montaigne de Bordeaux inscrits en histoire des arts ont travaillé en synergie avec leurs professeurs de lettres, Véronique Morel-Muraour et François-Marie Mourad. À partir d’une œuvre choisie, il s’agissait de produire un texte capable de rendre compte d’un contexte et d’une sensibilité artistiques mais encore de s’élever jusqu’à la création littéraire. La fusion des arts ne s’arrête pas là : le partenariat avec la galerie et maison d’édition N’a qu’un œil a permis de concrétiser et matérialiser ces regards sur l’art ; les graphistes Émilie Fenouillat et Olivier Specio ont apporté à chaque texte une forme visuelle, pour rendre encore plus perceptible le lien entre les arts plastiques et les productions littéraires.

Tel un livre-promenade, ce recueil de textes présenté en un coffret sérigraphié est une invitation à voyager dans les arts du Moyen Âge à nos jours.

Les commentaires sont fermés