2015 – Corps et armes

logo-vitrine

CORPS ET ARMES, Rustha Luna Pozzi-Escot
Exposition du 22 juin au 13 septembre 2015

Sous le commissariat d’exposition des étudiants en classe préparatoire littéraire première année du Lycée Michel Montaigne et des lycéens de section littéraire. La Galerie Vitrine des Essais est une initiative de Corinne Szabo, professeur d’Histoire de l’art au Lycée Michel-Montaigne. L’Exposition Corps et Armes de Rustha Luna Pozzi-Escot a été coordonnée par Nadia Russell et Élise Argien de L’Agence Créative.

2015-corps-et-armesCorps et Armes expose une rencontre, celle de l’artiste Rustha Luna Pozzi-Escot et de l’Agence Créative avec les élèves du Lycée Michel Montaigne. La Vitrine des Essais abrite huit oeuvres, qui, sous le regard des passants, créent un contraste avec les vitrines alentours car ici l’exposition artistique remet le corps de la femme en question. Dans cette vitrine, le corps devient plutôt une situation critique qui prend prise sur le monde et sur la rue. Par l’art et la couleur rouge, ce corps devient une véritable arme. Le regard du passant fait partie intégrante de cette rencontre car il appelé à être autre chose qu’un regard consommateur d’une image trop communément admise : le Tapis, que l’artiste a conçu en 2008, avec du plâtre et du fil rouge en coton n’est pas là pour vous accueillir au pas de la porte, avec le bienvenu conventionnel. Il désigne ce corps trop piétiné, dont il peut vous sembler être faible et sans armes puisque qu’il est celui d’une femme. La Cible, datée de 2012, en bois et fil, en résine, et métal, déroge au discours suivant lequel le corps peut subir l’attaque extérieure, symbolisée par la flèche. Elle devient contre-attaque et incite votre regard à se confronter à une arme, celle de la dénonciation de la maltraitance du corps de la femme. Quant au Trophée, il n’est pas celui qui vous fait signifier avoir gagné la chasse, au contraire, il se donne à voir triomphant, éclatant les stéréotypes.2015-corps-et-armes-img1
Le regard rencontre maintenant l’Armée de Femmes, et les photographies de Femmes Armées. Rustha Luna Pozzi-Escot réinvente les accessoires nourrissant l’esthétique féminine qui, loin d’être futiles deviennent force de combat. Elle s’approprie les canons de beauté propres à toutes cultures, pour les transformer en armes: en somme ce qui la faisait objet, simple élément d’un décor, devient inévitablement un instrument de défense tout autant que d’attaque. La force des oeuvres de Rustha Luna Pozzi-Escot est d’exercer sur le réel une pression, une action, contre l’image redondante de la femme insufflée dans toutes les civilisations. L’art tend toujours à l’universel : le corps comme victime passive, subissant les affres d’une société qui l’opprime, devient finalement l’acteur de la féminité universelle.2015-corps-et-armes-img2 Cible vous êtes madame. Oh ne vous en offusquez point, vos cuisses gainées sont fort plaisantes placardées sur tant d’enceintes cramoisies, votre poitrine déferle sur les façades, et vos fesses bombées étourdissent les passants. Votre corps inonde les rues. Mais ce corps si choyée par les publicitaires, a la tête qui tournoie. Corps et armes présente un corps meurtrie par une adoration de surface, un sein ciblé , un paillasson rougeoyant, une femme-objet. Mais ne vous méprenez pas, l’idole retire bien vite la flèche superflue, vous la donne à voir et la rend à son attaquant. Elle est cible, elle est attaque.

CORPS ET ARMES / RUSTHA LUNA POZZI ESCOT – L’Agence Créative / Prépa Lycée Michel-Montaigne / Corinne Szabo from L’Agence Créative on Vimeo.

Les commentaires sont fermés